conseils pour éviter de se faire pirater sa carte bleue sur Internet, le phishing et les « arnaques nigérianes »

bons conseils pratiques comme mettre une gommette sur le pictogramme à 3 chiffres au dos de sa carte bancaire.

article de l’encyclopédie Wikipedia sur les « arnaques nigérianes ».

article de Wikipedia sur la vérification en 2 étapes de transactions bancaires sur Internet 3 D secure.

9 milliards d’euros devraient être dépensés sur Internet à l’occasion des fêtes de Noël. Mais une partie de cette somme pourrait atterrir dans les poches de malfaiteurs qui ne prennent pas de congés en cette fin d’année. Spam, faux sites…

Les fêtes de fin d’année sont avec les soldes les périodes phares pour les achats en ligne. Cette année, les Français devraient dépenser 9 milliards d’euros pour leurs courses de Noël sur Internet.
Mais ce boom du commerce en ligne encourage les arnaques, et mieux vaut redoubler de vigilance lorsque l’on navigue sur la Toile.

alors que le web représente seulement 8,4 % des transactions par carte bancaire, il concentre désormais 60 % des escroqueries.

Ces fraudes surviennent, dans plus de 60 % des cas, après le vol de coordonnées bancaires. Des données récupérées notamment grâce au « phishing » (hameçonnage), une technique qui consiste à envoyer un email en se faisant passer pour une banque ou une grande société afin de soutirer des informations personnelles à l’internaute.

Autres outils utilisés par les fraudeurs : les « spywares », ces petits logiciels espions implantés dans l’ordinateur et chargés de recueillir des informations de son utilisateur.

Ou encore les faux sites, montés de toute pièce uniquement dans le but de collecter les coordonnées bancaires.

Face à l’ingéniosité des cyber-escrocs, l’association de consommateurs UFC-Que choisir et les policiers rappellent quelques règles simples :
– protégez votre ordinateur en activant régulièrement les mises à jour de sécurité
– équipez-le d’un antivirus.
– Ne répondez jamais à un email réclamant des coordonnées bancaires, même si la demande semble provenir d’un intermédiaire de confiance.
– N’utilisez pas d’ordinateur public (dans les cybercafés, hôtels…) pour réaliser une transaction, car il peut avoir été piraté.
– L’arme la plus efficace restant la prudence, avant d’effectuer un achat sur un site inconnu, regardez si des mentions légales (nom de l’entreprise, coordonnées du siège social…) sont affichées quelque part, et si un numéro de téléphone est indiqué, n’hésitez pas à appeler pour voir si quelqu’un répond.
– Enfin, méfiance devant des messages promettant des cadeaux mirifiques ou des petites annonces « trop belles pour être vraies ».

Car ce qui paraît improbable ou douteux au quotidien, l’est tout autant sur la Toile…

Allô Escroquerie : 0811 02 02 17

www.internet-signalement.gouv.fr

1 réflexion sur « conseils pour éviter de se faire pirater sa carte bleue sur Internet, le phishing et les « arnaques nigérianes » »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *